Pongo

Kuduro

Bio.

Dans l’énergie qu’elle donne sur scène, ou quand elle parle des ses chansons, Pongo fait toujours référence à son enfance en Angola. Elle revient systématiquement sur cette petite fille de Luanda qui se protège de la guerre des adultes grâce à la musique et à la danse, dans cette bulle qui l’entoure . Ce doux vertige. Exilée à Lisbonne, elle mettra de côté le chaos pour garder au fond d’elle les parfums, les couleurs, les souvenirs de cette enfance. Et surtout les sons, les vibrations et les mélodies de son Afrique natale, elle qui a dansé Kizomba et Semba bien avant de savoir marcher.

C’est donc en Europe qu’elle grandit, qu’elle construit son projet: Faire de la musique, chanter ses chansons, les jouer sur scène, rencontrer les gens pour partager à nouveau joie et plaisir. Son chemin se fera souvent dans la difficulté, les déceptions, le rejet, les coups. Cela fera d’elle une femme forte, décidée et surtout libre. Son premier EP sort début 2019. Il fait entendre un son nouveau, un kuduro progressif, métissé. Sa voix, puissante, rythmique, mais également fragile et sensible, entraîne dans un univers envoutant, aux confins de la danse et du saudade. Là où personne ne nous avait emmené auparavant. Elle attire tout de suite l’attention des médias et des programmateurs, en Europe et aux US. Elle donne une cinquantaine de concerts dans toute l’Europe. Des Transmusicales où elle se dévoile, à Londres ou elle termine sa tournée 2019. Toujours dans la même énergie communicative, ces grandes communions festives que sont ses spectacles. Aujourd’hui, Pongo présente UWA. Un nouvel EP qui va encore plus loin dans ce style qui lui est désormais si personnel.

Medias.

On Tour.

Neuchâtel

(Ch)

Festi Neuch

13/06/2020

Kilruch Upper

(Ire)

Body & Soul Festival

20/06/2020

Bruxelles

(Be)

Couleur Café

28/06/2020

Ewijk

(Nl)

Down The Rabbit Hole

03/07/2020

SAINT COLOMBAN

(Fr)

MEGASCENE FESTIVAL

04/07/2020

DOUR

(Be)

Dour Festival

19/07/2020

Dortmund

(De)

Juicy Beats Festival

24/07/2020

Le Val D'Ajol

(Fr)

Le Pied Orange

25/07/2020

Chechire

(Uk)

Bluedot Festival

26/07/2020

Boën

(Fr)

Foreztival

07/08/2020

Castelbuono

(It)

Ypsigrock Festival

09/08/2020

MATTERLEY ESTATE

(Uk)

Boomtown Festival

15/08/2020

Hamburg

(De)

Reeperbahn Festival

17/09/2020

Saint Jean de Vedas

(Fr)

Victoire 2

25/09/2020

Murcia

(Sp)

Warm Up Festival

03/10/2020

Brussels

(Be)

Ancienne Belgique

07/10/2020

Dunkerque

(Fr)

Les 4 Ecluses

08/10/2020

Paris

(Fr)

La Philharmonie

09/10/2020

Social.

KillASon

Hip-Hop

Bio.

Il a le profil d’un rappeur américain, aligne les punch-lines savoureuses en anglais avec aisance, mais il est français. Il est soutenu aussi bien par la presse française (Les Inrocks, Trax, Noisey, etc.) qu'internationale (The New York Times, The Quietus). KillASon, aKa Marcus Dossavi Gourdot, jeune homme talentueux de 24 ans d’origine béninoise, est en passe de devenir l’un des artistes les plus complets de la scène hip hop. Rappeur, beat-maker, danseur, étudiant, et à la tête de son propre label, SUPANOVA, cet artiste à 360° a trouvé dans le hip hop un écosystème à la hauteur de son talent. Son style ne s’impose pas de barrière, ses ambitions n’ont pas de frontière, mêlant le meilleur du hip hop, de l’électro et de la pop. Après l’exubérant EP, The Rize en 2016, STW1 en avril 2017, puis STW2 en janvier 2018, conclusion fantasmagorique du diptyque “Strange The World” (STW), KillASon développe son "energy music" dans un univers musicalement et conceptuellement affiné. Gagnant du prix Discovery au Festival Nördik Impakt 2015, artiste du FAIR 2017, Talent Adami 2017, les Bars en Trans, le Printemps de Bourges, le Dour Festival, Rock en Scène, les Vieilles Charrues, Solidays, les Eurockéennes, ou encore ses concerts en première partie de Shaka Ponk, Jain ou d’A-Wa : KillASon enchaine les tournées, laissant peu de doutes sur sa singularité́ et sur sa capacité à séduire. KillASon est indéniablement un sacré performer.

Medias.

On Tour.

A venir

Social.

Carpenter Brut

Heavy French Touch

Bio.

C’est l’histoire de Bret Halford, étudiant en sciences introverti. Il aime une fille qui ne l’aime pas et lui préfère le quarterback star. Bret enrage, tente de créer un breuvage afin de toutes les contrôler, se retrouve défiguré, et décide donc de devenir une rock star. La Fille, les filles, il les séduira ainsi. En devenant Leather Teeth, chanteur de Leather Patrol. C’est l’histoire de Carpenter Brut, artiste synthwave, darksynth, peu importe le flacon après tout. Il est l’auteur de Trilogy en 2015, est apparu sur les bandes originales de Hotline Miami 2 et The Crew, et aujourd’hui, signe Leather Teeth. Un album court. Sec. Un “délire, comme sur les bons vieux albums de métal, Master Of Puppets en premier. 32 minutes de son, huit titres. Les gens peuvent le mettre en boucle si c’est trop court”. C’est l’histoire d’une époque. Celle des permanentes, des bracelets cloutés, de la décadence la plus totale. Celle de Quiet Riot, de Mötley Crüe, de Van Halen aussi. “Quand j’étais jeune, je ne voulais pas en entendre parler, mais cette fois-ci, je savais que je voulais un truc un peu plus rock glam”. Le personnage de Leather Teeth s’appelle d’ailleurs Bret Halford, mélange de Bret Michaels de Poison et Rob Halford de Judas Priest. Au final, c’est l’histoire d’une bande originale. Celle d’un film imaginaire sorti en 1987, d’une cheerleader (le morceau “Cheerleader Effect”), d’un regard échangé au détour d’un “Sunday Lunch” qui se transforme en “Monday Hunt”. Un coming of age ultra dark, un film d’horreur entre Street Trash, Brain Dead, The Thing, et House, qui serait le début d’une trilogie à la fois colorée (le rose fait d’ailleurs, sur la pochette, son apparition dans l’univers Carpenter Brut) et profondément malsaine (“le deuxième film, il commence à tuer des filles”). L’acte de naissance d’une bête (“Beware The Beast”). Une vraie bande originale, un faux film, qui bénéficie tout de même d’un casting rêvé : “de beat en blanc, je dirais Channing Tatum en quarterback, William Lustig, le réalisateur de Maniac Cop, et de Maniac, derrière la caméra, et le mec de Stranger Things saison 2, Dacre Montgomery, dans le rôle du héros”. C’est, en somme, l’histoire de Leather Teeth, le nouveau Carpenter Brut. Une histoire bientôt contée aux quatre coins du monde : à l’Olympia (Paris) le 24 mars, Koko (Londres) la veille, au festival californien Coachella, au Hellfest (Clisson), au festival Beauregard, près de Caen, sans oublier l’Allemagne, le Canada, la Finlande… Une histoire comme celle que nous échangions au coin du feu, qui se partage. Une histoire de filles, de mort et de synthétiseurs crades.

Medias.

On Tour.

Social.

Photo Credits : David AD Photographies

The Pirouettes

French Pop

Bio.

"There is a crack in everything / That's how the light gets in"

L. Cohen

On ne présente plus Vickie Chérie et Leo Bear Creek, aka The Pirouettes : après deux albums (Carrément Carrément, 2016, et Monopolis, 2018), d'incessantes tournées en France et à l'étranger (avec en point d'orgue des concerts triomphaux à la Cigale et à l'Olympia), et de nombreuses collaborations, le duo est devenu l’une des figures les plus marquantes et attachantes de la pop hexagonale d’aujourd’hui.

Au centre de cet engouement, il y a une love story commencée en chanson, puis mise en scène, déguisée ou mise à nue. Le couple, aujourd'hui séparé, va toujours plus loin dans ce jeu subtil avec l'intimité, tout en évitant soigneusement l'exhibitionnisme : en nous contant leurs joies comme leurs peines, les Pirouettes nous parlent surtout de nous-mêmes. Les fans, toujours plus nombreux, ne s'y trompent pas, et les liens forts qui unissent les deux jeunes artistes à leurs followers sont là pour en témoigner.

Avec San Diego et Pli du cœur, premiers extraits d’un album qui sortira à l'automne, Vickie et Leo s’éloignent et vont voir ailleurs: errances hallucinées, road-trips mélancoliques, les Pirouettes ne s'égarent jamais que pour mieux se retrouver. Leur route ne fait que commencer. Ces titres en forme de chansons-confessions évoquent la solitude et la fragilité des relations amoureuses : certes, des failles craquèlent la surface et laissent percevoir doutes et faiblesses; mais ce sont ces mêmes failles qui permettent à la lumière de pénétrer à l'intérieur - et le duo persiste donc dans sa volonté de d´jouer les attentes et l’´vidence, de surprendre le monde sans jamais renoncer à l’imm´diatet´ pop.

Leur dernier single en date, Lâcher Prise, prolonge cette trajectoire : avec Timoth´e Joly en featuring, la chanson est une variation originale sur le thème de la rencontre amoureuse; c'est un titre passionn´, une ode aux amours avort´es, un d´chirant cri du coeur bafou´, qui cherche à d´passer le chagrin, tête haute. C'est aussi un morceau qui r´sonne ´trangement bien avec le contexte de sa sortie : "Je me sens enferm´ dans ma vie", entonne Timoth´e Joly sur un refrain entêtant qui n'en finit pas de nous hanter.

Medias.

On Tour.

Compiègne

(Fr)

Imaginarium Festival

31/05/2020

Ruoms

(Fr)

Aluna Festival

26/06/2020

Montbard

(Fr)

Montbard'n'Zazou

27/06/2020

Marseille

(Fr)

Festival Rockisland

23/07/2020

Ronquières

(Be)

Ronquières Festival

01/08/2020

Paris

(Fr)

Le Trianon

13/09/2020

Bruxelles

(Be)

Nuits Bota

05/10/2020

Social.

Go back »