Pongo

Kuduro

Bio.

Luanda. Fin des années 90. Les Angolais tentent d’oublier, comme ils peuvent, la guerre civile qui ravage leur pays. Ce dimanche, dans le quartier de la Cuca, un concours de danse est organisé. Une petite fille regarde le spectacle, fascinée. Elle s’appelle Pongo, elle a 8 ans. Sous les cris de la foule, un homme enchaîne fiévreusement les pas de Semba et de Kizomba. C’est son père. Cette image ne la quittera plus jamais. De son Afrique natale, elle mettra le chaos de côté, pour garder au fond d’elle les parfums, les couleurs et les jeux à n’en plus finir avec ses sœurs. Mais surtout les sons, les vibrations et les musiques omniprésentes, ces bulles joyeuses qui ont rythmé son enfance, elle qui a dansé bien avant de savoir marcher. La violence, la peur auront finalement raison de l’innocence. L’exil est inévitable pour elle et sa famille. L’Europe, Lisbonne. Pongo découvre un nouveau monde, une nouvelle lumière.

Mais également le déracinement, la différence, la cruauté des autres enfants. Elle se tait et observe. La musique revient et lui redonne espoir. À l’église d’abord, où elle chante avec beaucoup de plaisir. Puis adolescente, sur le chemin quotidien de l’école. Des garçons traînent près de la Station de Queluz, Ils chantent, dansent, cherchant à attirer le regard des filles. Ils ont un groupe : Les « Denon Squad ». Evidemment, naturellement, Pongo les rejoint. D’abord comme danseuse, puis derrière le micro dans ses premiers concerts de quartier. Elle grandit, découvre la nuit et c’est toujours avec la même insouciance qu’elle pénètre le milieu du Kuduro lisboète. Premiers enregistrements en studio. Elle aime cette ambiance. Et comprend qu’elle doit suivre le chemin que la musique lui ouvre. Les Buraka Som Sistema la repèrent et lui proposent de les rejoindre sur scène pour un concert à la mythique « Music Box » de Cais de Sodré. Elle brille, brule de talent et d’énergie et fait, dès le lendemain son apparition sur les réseaux sociaux. Premières louanges, le regard des amis change, et tout s’enchaîne très vite. Elle accompagne le groupe dans une tournée qui les fera jouer dans les plus grandes villes et festivals de la planète. Pongo s’est envolée, elle sent que tout est désormais possible. Aujourd’hui, la gamine de la Cuca, a 24 ans. Diva d’un Kuduro métissé et progressif, elle écrit et interprète ses propres morceaux. Pongo y incarne le renouveau du genre, mélangeant l’influence de ses racines africaines, langa, zaïco, avec EDM, bass music, dancehall et Tribal pop. Sa voix, puissante, rythmique, mais également fragile et sensible, nous entraîne dans son univers envoutant, aux confins de la danse et du saudade. Là où personne ne nous avait emmené auparavant. Pour son EP, elle a fait appel à Raphaël d’Hervez (Pégase, Minitel Rose) ET Florent Livet (Bloc Party, Cassius, Phoenix).

Medias.

On Tour.

Ile de La Réunion

(Fr)

Sakifo Festival

07/06/2019

Tours

(Fr)

Aucard de Tours

09/06/2019

Paris

(Fr)

Nuits Zébrées / La Bellevilloise

28/06/2019

Mayenne

(Fr)

Un Singe en Eté

29/06/2019

Clermont Ferrand

(Fr)

Europavox

30/06/2019

St Etienne

(Fr)

Festival des 7 Collines

05/07/2019

Arles

(Fr)

Festival Les Suds

11/07/2019

Carthagene

(Sp)

La Mar de Musicas

19/07/2019

Nyon

(Ch)

Paleo Festival

24/07/2019

Lyon

(Fr)

Transbo Summer Sessions

25/07/2019

Doue la Fontaine

(Fr)

Track’n’art

26/07/2019

Saint Nazaire

(Fr)

Les Escales

27/07/2019

Marseille

(Fr)

Musée

01/08/2019

Brussels

(Be)

Esperanzah

03/08/2019

Northamptonshire

(Uk)

Shambala Festival

23/08/2019

Hédé-Bazouges

(Fr)

Festival Bonus

24/08/2019

Besançon

(Fr)

Festival Détonation

27/09/2019

Valladolid

(Sp)

Sala Blanca / Tonal Festival

11/10/2019

Madrid

(Sp)

Poetas Festival / La Casa Encendida

12/10/2019

Alicante

(Sp)

Atiende, Alicante

13/10/2019

Grenoble

(Fr)

Holocène Festival

18/10/2019

Nancy

(Fr)

Nancy Jazz Pulsations

19/10/2019

Brussels

(Be)

Fifty Fifty Lab

08/11/2019

Amiens

(Fr)

Le Safran

12/11/2019

Genève

(CH)

Les Créatives

22/11/2019

La Chapelle Sur Erdre

(Fr)

LeJam

23/11/2019

London

(UK)

Redon

27/11/2019

Manchester

(UK)

Soup Kitchen

28/11/2019

Leeds

(UK)

Headrow House

29/11/2019

Glasgow

(UK)

Stereo

30/11/2019

Edinburgh

(UK)

Mash House

01/12/2019

Berlin

(D)

Cosmo Party / Gretchen Club

07/12/2019

Social.

KillASon

Hip-Hop

Bio.

Il a le profil d’un rappeur américain, aligne les punch-lines savoureuses en anglais avec aisance, mais il est français. Il est soutenu aussi bien par la presse française (Les Inrocks, Trax, Noisey, etc.) qu'internationale (The New York Times, The Quietus). KillASon, aKa Marcus Dossavi Gourdot, jeune homme talentueux de 24 ans d’origine béninoise, est en passe de devenir l’un des artistes les plus complets de la scène hip hop. Rappeur, beat-maker, danseur, étudiant, et à la tête de son propre label, SUPANOVA, cet artiste à 360° a trouvé dans le hip hop un écosystème à la hauteur de son talent. Son style ne s’impose pas de barrière, ses ambitions n’ont pas de frontière, mêlant le meilleur du hip hop, de l’électro et de la pop. Après l’exubérant EP, The Rize en 2016, STW1 en avril 2017, puis STW2 en janvier 2018, conclusion fantasmagorique du diptyque “Strange The World” (STW), KillASon développe son "energy music" dans un univers musicalement et conceptuellement affiné. Gagnant du prix Discovery au Festival Nördik Impakt 2015, artiste du FAIR 2017, Talent Adami 2017, les Bars en Trans, le Printemps de Bourges, le Dour Festival, Rock en Scène, les Vieilles Charrues, Solidays, les Eurockéennes, ou encore ses concerts en première partie de Shaka Ponk, Jain ou d’A-Wa : KillASon enchaine les tournées, laissant peu de doutes sur sa singularité́ et sur sa capacité à séduire. KillASon est indéniablement un sacré performer.

Medias.

On Tour.

A venir

Social.

Carpenter Brut

Heavy French Touch

Bio.

C’est l’histoire de Bret Halford, étudiant en sciences introverti. Il aime une fille qui ne l’aime pas et lui préfère le quarterback star. Bret enrage, tente de créer un breuvage afin de toutes les contrôler, se retrouve défiguré, et décide donc de devenir une rock star. La Fille, les filles, il les séduira ainsi. En devenant Leather Teeth, chanteur de Leather Patrol. C’est l’histoire de Carpenter Brut, artiste synthwave, darksynth, peu importe le flacon après tout. Il est l’auteur de Trilogy en 2015, est apparu sur les bandes originales de Hotline Miami 2 et The Crew, et aujourd’hui, signe Leather Teeth. Un album court. Sec. Un “délire, comme sur les bons vieux albums de métal, Master Of Puppets en premier. 32 minutes de son, huit titres. Les gens peuvent le mettre en boucle si c’est trop court”. C’est l’histoire d’une époque. Celle des permanentes, des bracelets cloutés, de la décadence la plus totale. Celle de Quiet Riot, de Mötley Crüe, de Van Halen aussi. “Quand j’étais jeune, je ne voulais pas en entendre parler, mais cette fois-ci, je savais que je voulais un truc un peu plus rock glam”. Le personnage de Leather Teeth s’appelle d’ailleurs Bret Halford, mélange de Bret Michaels de Poison et Rob Halford de Judas Priest. Au final, c’est l’histoire d’une bande originale. Celle d’un film imaginaire sorti en 1987, d’une cheerleader (le morceau “Cheerleader Effect”), d’un regard échangé au détour d’un “Sunday Lunch” qui se transforme en “Monday Hunt”. Un coming of age ultra dark, un film d’horreur entre Street Trash, Brain Dead, The Thing, et House, qui serait le début d’une trilogie à la fois colorée (le rose fait d’ailleurs, sur la pochette, son apparition dans l’univers Carpenter Brut) et profondément malsaine (“le deuxième film, il commence à tuer des filles”). L’acte de naissance d’une bête (“Beware The Beast”). Une vraie bande originale, un faux film, qui bénéficie tout de même d’un casting rêvé : “de beat en blanc, je dirais Channing Tatum en quarterback, William Lustig, le réalisateur de Maniac Cop, et de Maniac, derrière la caméra, et le mec de Stranger Things saison 2, Dacre Montgomery, dans le rôle du héros”. C’est, en somme, l’histoire de Leather Teeth, le nouveau Carpenter Brut. Une histoire bientôt contée aux quatre coins du monde : à l’Olympia (Paris) le 24 mars, Koko (Londres) la veille, au festival californien Coachella, au Hellfest (Clisson), au festival Beauregard, près de Caen, sans oublier l’Allemagne, le Canada, la Finlande… Une histoire comme celle que nous échangions au coin du feu, qui se partage. Une histoire de filles, de mort et de synthétiseurs crades.

Medias.

On Tour.

Tours

(Fr)

Aucard de Tours

05/06/2019

Dessel

(Be)

Graspop Meeting Festival

21/06/2019

Roskilde

(Dk)

Roskilde Festival

03/07/2019

Saint Denis de Gastine

(Fr)

Au foin de la rue

05/07/2019

Madrid

(Sp)

Mad Cool Festival

13/07/2019

Jaromez

(Cz)

Brutal Assault Festival

08/08/2019

Bristol

(Uk)

ArcTenGent Festival

15/08/2019

Trondheim

(Nw)

Pstereo Festival

17/08/2019

Saint Nolff

(Fr)

Motocultor Festival

18/08/2019

Social.

Photo Credits : David AD Photographies

The Pirouettes

French Pop

Bio.

Une poignée de chansons bricolées après les cours, des reprises de France Gall, des petits tubes synthétiques rassemblés sur deux EPs (Pirouettes, 2012, L’importance des autres, 2014), la complicité d’Etienne Daho et l’attachement d’une communauté de fans ultra fidèles, des vidéoclips soignés, une séance photo à Los Angeles avec Hedi Slimane; et surtout, Carrément Carrément (Kidderminster, 2016), un premier album autoproduit et très remarqué. Au centre de tout ça, Leo et Vickie, un couple d’amoureux talentueux devenu en quelques années l’une des figures les plus attachantes de la pop hexagonale d’aujourd’hui : The Pirouettes. Une love story commencée en chanson, et qui depuis n’hésite pas à se mettre en scène, à se déguiser ou à se dévêtir : car les Pirouettes sont passés maîtres dans cet art subtil qui consiste à se raconter encore et encore, pour toujours mieux nous parler de nous-mêmes. Un élan spontané qui ne choisit jamais entre l’intime et l’universel.

Mais se tenir ainsi en pleine lumière, c’est se mettre en danger, prendre le risque de se voir attacher toutes sortes d’étiquettes qui finissent par vous étouffer. Leo et Vickie l’ont bien compris et se sont vite affranchis de cette nostalgie des années 80 qui les poursuivait. Et c’est avec un titre en forme de chanson-confession qui évoque, sur une instru vaporeuse, la fragilité des relations amoureuses, que ce couple modèle de la génération internet a choisi de revenir, et d’annoncer la suite. Comme si, en chantant ces failles qui craquèlent la surface et laissent percevoir doutes et faiblesses, les Pirouettes voulaient aller plus loin encore dans cette volonté de déjouer les attentes et l’évidence, de surprendre sans jamais renoncer à l’immédiateté pop. Après une tournée qui les a menés partout en France, et jusqu’à New York et Montréal, avec en point d’orgue un concert triomphal à la Cigale, les Pirouettes dévoilent leur second album : Monopolis.

C’est dans cette capitale fictive de l’Occident, imaginée par Michel Berger pour Starmania, que les Pirouettes ont décidé de s’installer pour écrire leur second long format : un album qui se veut plus narratif, faisant la part belle au storytelling, que ce soit sous la forme de la chronique amoureuse, du vrai/faux journal intime, ou encore... du conte oriental. Un mise en perspective, un décentrement et une volonté d’ouverture qui se ressent aussi en terme de composition, puisque le duo a cette fois-ci collaboré avec plusieurs amis musiciens (Dodi El Sherbini, Lewis OfMan, Krampf, ou encore Vaati). Une manière de se renouveler bien sûr, mais surtout de se dépasser, et de garder une longueur d’avance sur la concurrence.

Medias.

On Tour.

Lyon

(Fr)

Le Transbordeur (Club)

09/11/2019

Colmar

(Fr)

Le Grillen

20/11/2019

Brest

(Fr)

Le Vauban

27/11/2019

Nantes

(Fr)

Le Ferrailleur

28/11/2019

Rennes

(Fr)

1988 Club

29/11/2019

Lille

(Fr)

Le Splendid

10/12/2019

Le Mans

(Fr)

Les Saulnières

12/12/2019

Toulouse

(Fr)

Le Connexion Live

14/12/2019

Paris

(Fr)

La Maroquinerie

16/12/2019

Social.

FORM

o

Bio.

3 corps, 1 âme.

Après un premier EP, une multitude de dates et une final du prix Ricard SA Live, FORM revient avec CWT, deuxième EP et premier opus d’une formation que le temps a rapidement soudé. Après une rencontre au sein du collectif Akousmatic avec lequel ils ouvrent pour Jungle, Fakear ou encore Thylacine, et montent sur les scène du MaMA et de Rock en Scène, l’alchimie entre les 3 corps de FORM se fait de plus en plus forte et donne naissance au groupe. FORM se définit par sa musique, catalyseur universel au delà des mots et des images. Mené par la voix mystique et solennelle d’Hausmane, les synthés éthérés d’Adrien et les percussions incisives d’Aksel, la synergie de ces trois garçons nous transportent au coeur d’un voyage intense et épique, une communion cristallisée par l’envie de vie.


« Se sentir en vie est une nécessité, pas un idéal »


Avec C.W.T (It Comes With The Territory), FORM se livre avec sincérité sur la beauté du combat de la vie. C’est autour de ce projet, plus que jamais, que ces trois corps ont appris à partager leur âme; dans les bons comme dans les mauvais moments, dans l’exaltation de la réussite et la douleur du sacrifice. Toutes ces épreuves pour une seule finalité: se sentir aussi libre qu’en vie. A l’image de leur époque, les trois musiciens articulent influences en tout genres (techno, pop, hip hop, ambient) autour de la voix envoûtante de leur chanteur. A la fois intime et grandiose, FORM oscille tantôt entre groove sensuel (Trigger, Drifting), rythmiques et percussions exacerbées par des basses décuplées (Mirrors, White Flag, Alive), et confidences aériennes suivies d’envolées épiques (Waterfall), sans oublier une sincérité organique (Fucks on Zero), symbole d’une sensibilité palpable tout au long de l’EP. FORM témoigne du chemin parcouru et des épreuves surmontées ensemble dans C.W.T, mais trace aussi la voie à un avenir qui se construira sur les solides fondations cimentées par cet EP, qu’ils continueront de renforcer sur la route dès la fin de l’année.

Medias.

On Tour.

PARIS (75)

(Fr)

RICARD LIVE MUSIC / HASARD LUDIQUE

11/10/2019

PARIS (75)

(Fr)

RICARD LIVE MUSIC / MAROQUINERIE

25/10/2019

PARIS (75)

(Fr)

RELEASE PARTY / POINT EPHÉMÈRE

10/12/2019

Social.

Go back »